Les chrétiens dans la 1ere guerre mondiale.

Une analyse exposée lors d’une de nos séances :

La guerre a bouleversé la société. Les historiens se sont penchés sur l’étude de la vie religieuse pendant ces années de guerre.

L’abbé Brugerette en 1938 publie Le prêtre français et la société contemporaine, une étude sur la pratique religieuse des soldats et des populations de l’arrière ainsi que le rôle du clergé. Benoit XV, en août 1917 émet un message de paix. Les catholiques français sont soumis pour défendre la patrie menacée. Lorsque la guerre éclate le président Poincaré lance un appel à l’union sacrée et à la foi patriotique – aucune contestation ne s’élève dans les rangs catholiques.

En Août 1914, les églises se remplissent et les pèlerinages ont beaucoup de succès. Les soldats vont à l’église avant leur départ. Au front les soldats vivent leur foi de multiples façons. On a formé des groupes de prières baptisés « croisades », les enfants adoptent un régiments ou un secteur du front pour lesquels ils prient. Les relieuses ont du travail dans les hôpitaux, les aumôniers sont auprès de ceux qui se battent.

Le général Gouvraud disait «  avec un bon colonel et un bon aumônier un régiment passe partout ».

La guerre a permit la rencontre des confessions catholique, protestante, juive et orthodoxe. L’épreuve des tranchées et de la mort affrontée ensemble avec les aumôniers a donné naissance à une mentalité pré- œcuménique. A la mort de Pie X à qui succédera Benoit XV, celui-ci s’élève contre la guerre.

Une fois la guerre gagnée grâce aussi aux alliés, on a élevé des monuments aux morts véritables «  lieux de mémoires ». Les églises prient pour ceux qui sont morts pendant cette guerre. Beaucoup d’églises se sont dotées de vitraux commémoratifs.

Les dévotions des soldats catholiques pendant la grande guerre.

Les soldats catholiques sont issus de la religion du quotidien, dans les paroisses, ont participé à des pèlerinages ou culte des saints. Précipités dans la guerre ces soldats continuent de pratiquer leur religion. La terre a connu tant de fois des conflits, des catastrophes et malgré tout le christianisme a survécu.

Chez les protestants

Une certaine hostilité était de mise entre protestants et catholiques. Les soldats allemands chantent avant les grandes batailles le Choral de Luther (c’est un rempart que notre Dieu). Le protestantisme est une religion de dureté. Il existe une sorte d’œcuménisme des tranchées, il est arrivé qu’une messe soit célébrée en présence d’un officier protestant qui a rendu hommage à l’aumônier.

En Amérique, le peuple est pieux. Les églises sont fréquentées. Citons le général Pershing «  la misère sera notre partage, mais la confiance en Dieu nous réconfortera ». On peut dire qu’au front les protestants ont rivalisé avec les catholiques pour défendre la patrie comme l’attestent les listes de pasteurs tués, blessés, décorés.

 

Février 2014 – L. et T. W