Les cogitations de Jean, été 2017

Les cogitations de Jean, été 2017

Cogitations estivales du parpaillot S.D.F..(sans dogmatique fixe)

Il a plu cette nuit. Au matin l’herbe est encore mouillée, la fraîcheur est agréable, la journée s’annonce belle et la terre continue à tourner.. Tout à l’heure, quand je ferai ma pause-café, ce sera le moment privilégié de ma cogitation quotidienne.

„Penser, critiquer, croire en toute liberté“ est la devise  du mouvement du protestantisme libéral „Evangile et Liberté“. C’est ce qui me guide dans ma vie et je vois un lien avec le fameux „sapere aude“ (ose penser) d’Immanuel Kant. Il y a quelques mois, je déplorais l’inculture que je jugeais particulièrement grave chez tous ceux qui veulent diriger un pays. Mais l’inculture vient de l’abdication de penser. Et le parpaillot que je suis, voit aussi un lien entre l’acte de penser et l’acte de prier.

Souvent on a comparé Socrate et Jésus; Socrate, fils d’une sage-femme, se voulait -et il l’était comme tous les grands philosophes – accoucheur de sagesse et Kierkegaard, dans ses „miettes philosophiques“ note que chez Jésus il y a alliance entre sagesse et prière. Ce qui me conforte dans ma recherche de l’alliance entre Foi et sagesse. Comme je l’ai déjà dit une fois en citant Martin Buber, „il y a deux manières de lire la Bible, soit on la prend à la lettre, soit en la prend au sérieux“.  Autrement dit, il faut se servir de son intelligence qui est  la chose la mieux répartie sur terre,, puisque chacun est persuadé d’en avoir assez. Mais pourquoi ces cogitations en plein été? C’est que j’ai eu la visite il y a quelques jours de deux dames fort polies qu’on devinait sans peine être témoins de Jéhova. Je ne sais pas à combien de portes elles avaient déjà sonné, mais elles étaient manifestement surprises de tomber sur quelqu’un qui connaîssait un peu la Bible. Sans chercher à les mettre en difficulté, j’avais vite fait de les désarçonner et elles ont rapidement mis fin à l’entretien, sans même insister pour me laisser un exemplaire de la Tour de garde. Après, je me suis mis à cogiter sur la lecture de la Bible et sur la prière , puis de mettre cela par écrit. Je vous en fais part – signe de vie après les jours de canicule et sans obligation de lecture.

Certes, il y a toutes sortes de prière; prière de louange, par exemple, mais surtout  prière d’intercession. Il me semble que la prière d’intercession est aussi celle qui se rapproche le plus de la superstition. Souvent elle devient incantatoire et n’est pas un acte de réflexion. C’est pourquoi je n’aime guère les prières toutes faites , même si j’aime certains psaumes ou quelques versets de psaumes.

Prier pour la paix, pour les malades, les victimes de catastrophes, etc… est bien beau et probablement inefficace.. Seulement cette prière devrait être une incitation à m’interroger sur ce que je fais moi-même  pour la paix, pour  réconforter un malade, à apporter mon humble contribution à soulager la misère. Premier effet de ce genre de prière – je pense plus intensément à ceux pour qui je prie sans prétendre améliorer leur sort.
Ce genre de prière tourne, à mon avis, facilement à la superstition. D’abord en multipliant  la même formule jusqu’à l’infini, en instituant des rites – neuvaines, pèlerinages, processions , prescriptions alimentaires …

En ce mois de juillet, on commémore  l’assassinat, au nom d’une religion, du Père Hamel. Mort abominable, sans aucun doute.Mais toutes les religions n’ont-elles pas admis, au cours de leur histoire, des meurtres tout aussi abominables. Je pense, par exemple ,à la mort, après torture, du chevalier de la Barre. Ce jeune noble (1749-1766) avait été accusé de ne s’être découvert au passage d’une procession à Abbeville – il se trouvait à 25 pas – et d’avoir fredonné une chanson qui n’était pas un cantique., d’avoir profané un crucifix. Condamné à mort , il a été exécuté après avoir subi des tortures atroces. – du moins, avant de le décapiter, on lui aura épargné d’avoir la langue arrachée. Cela s’était aussi passé un mois de juillet.

Autres prières superstitieuses – prier pour la pluie (ou le beau temps), se mortifier, s’infliger des blessures … Quelle différence y a-t-il entre les prêtres de Baal (1Rois 19) et les flagellants chrétiens ??? Aujourd’hui les processions de pénitents sont devenus une attraction touristique tout comme certaines processions telles que le Sankt Georgen Ritt (la chevauchée de St Georges) en Forêt-Noire, mais existent toujours. Bon, certaines formes de superstition font partie du folklore d’une région.

D’autres religions ont également ce genre d’expression de la foi populaire; je ne les condamne pas, mais je ne fonde pas ma foi sur ce genre de manifestations.

Autre réflexion , lors d’une prédication l’officiant dit „nous ne prions pas assez“. Qu’est-à-dire? Les quelques fidèles présents devraient-ils  participer à un 2ème culte? Ou s’adresse-t-il aux absents?

A la fin d’une conférence faite par un professeur de théologie retraité, une conseillère présente les  excuses du Président de Région et le conférencier répond, dites-lui que je prie  pour lui.. Alors je me pose des questions: Dieu va-t-il bénir ce Président et oublier tous les autres qui auraient également besoin de sagesse? Cela me paraît injuste. J’ai l’impression qu’une prière aussi ciblée néglige les autres.

Au passage, je précise que l’Assemblée du Désert protestante n’est pas un pèlerinage, mais la commémoration du temps de persécution des Protestants en France.

„On ne naît pas Protestant, on le devient“ et je n’ai pas fini de le devenir..

Cogitations terminées le 30 juillet 2017; il est 16 heures, peut-être le moment de faire une pause-café.

Avec mes amitiés et en vous souhaitant une belle fin d’ été,

          Jean