Prise de notes brutes – séance du 11 janvier 2014

Lecture préliminaire d’un article dans Evangile&liberté : http://www.evangile-et-liberte.net/article_5_Religions-facteur-de-guerre-ou-de-paix

 

_______________

 

Recherche dans la bible du mot guerre : il apparaît un nombre incommensurable de fois.

propositions :

1 La guerre est-elle le constat en acte et parole d’un NON ? Révolte, opposition, prise à parti…

2 La paix est-elle un état d’entre deux, une visée d’une quiétude à maintenir, d’une inquiétude à calmer ?

 

L’un d’entre-nous remet en cause le programme proposé, ne souhaite plus suivre un fil à la patte – même un fil rouge conducteur – et souhaite que le groupe de réflexion se donne les moyens de chercher sans établir par avance les étapes mêmes de cette réflexion, encore moins son aboutissement.

 

La guerre est un conflit, elle s’associe à tout conflit y compris les plus sournois telle que les guerres économiques qui provoquent des morts tels que ceux en Inde lors de l’effondrement de structures d’ateliers de travail.

 

Il est aussi question de conflits et de guerre et de désespérance lors des « stockage » de cadres dirigeants par des ouvriers en lutte pour maintenir leurs emplois.

 

Le conflit né brutalement à partir du déni de la vérité de l’autre. La part de responsabilité du monothéisme épais qui par définition exclu l’autre. Les fils d’Abraham sont tous intolérants.

 

Que faire des chant des psaumes, guerriers. « Aide moi à combattre….etc… » Étranges et troublantes évocations que celle là.

 

Dégradations des situations sociales désastreuses.

 

Au nom de la liberté, est-il permis de tout dire et tout faire ?

– Accepter de ne pas accepter l’inacceptable.

 

Devoir de mémoire.

 

 

Mai 68 pourtant était aussi une période violente tout comme les jours rendus socialement que nous vivons actuellement,  qu’elles sont ces différences ? D’un côté les rêves et les idéaux et aujourd’hui la déseperance la peur de la perte du job. Pourtant mai 68 aucun mort étudiant.